16/12/2010

En hommage aux 31 soldats du village tués entre 14 et 18

C'est grâce à un ouvrage exceptionnel, signé par l'association de Sauvegarde et de Valorisation Culturelle (ASVAC), à travers la plume du passionnant historien Louis Boulet, que 31 hommes resteront dans les mémoires.

DSC_0492.JPGIl y a quelques années, Louis Boulet lors d'un déménagement, découvre par hasard une enveloppe contenant 60 lettres de son oncle François, tué en 1915. Une correspondance émouvante qu'il décide de partager à travers un ouvrage de mémoire paru en 2006. Mais la curiosité de l'homme est activée, passionné par l'histoire et en particulier celle de son village(il a fondé l'ASVAC en 1976), il souhaite en savoir plus sur les trente autres noms inscrits sur le monuments aux morts de Saint-Genis. "L'idée majeure, c'est de parler de ces hommes et de cette guerre de 14-18. Je les ai mis en situation, à partir de chacun j'ai rassemblé les éléments historiques pour parvenir à avoir une idée sur leur vie au combat, et en particulier lors de leur dernier jour de vie. c'est un coup de main à la mémoire, en rappel à cette guerre d'hommes. Comme il n'y a plus de survivant de cette tragédie, l'intérêt consiste aussi à mettre une histoire sur chaque nom. Car le jour où il n'y aura plus de traces des hommes qui ont fait l'histoire, l'évènement sera perdu."

DSCF3121.JPG

Louis Boulet, l'auteur de l'ouvrage avec Roger Gardez, le nouveau président de l'ASVAC

 

Ainsi à quatre jours de la célébration de l'Armistice, ce livre met en lumière ces 31 drames humains, partagés par des millions d'autres familles, voici ce qu'écrit l'auteur:" La petite dépêche bleue arrivait bien souvent en mairie pour éviter le choc frontal de l'annonce faite aux parents ou à l'épouse. Plus tard, mais pas toujours, une montre, un livret militaire, une plaque, une photo, quelques objets retrouvés sur la dépouille viennent raviver la douleur et ouvrir le droit à la mémoire. Plus tard, trois dépouilles sont rendues aux familles de Saint-Genis sur leur demande, douze soldats ont leur tombe numérotée dans l'une des nécropoles nationales, les autres dorment, anonymes, dans un ossuaire ou se sont dissous dans la terre de leur agonie".

L'Appel aux morts. Au fil des pages, le lecteur va découvrir l'identité de ces hommes à travers d'intéressantes informations, à caractère sociologiques, tirées par des fiches nommées  Etats de services. Par exemple, la taille moyenne des hommes à cette époque est de 1,64m, le degré d'instruction va de 1 à 5 entre le non-titulaire du certificat d'études et un enseignement supérieur. La moyenne d'âge des victimes est de 26,6 ans, pour les Saint-Genisiens elle va de 17 ans et 10 mois pour Fernand Palat et 43 ans pour Thadé Marill.

Un bouquin vraiment marquant et l'auteur de conclure: "Puisse ce retour aux hommes donner plus de relief encore aux propos des historiens et nourrir tout à la fois, la mémoire des plus anciens et la conscience de tous. Ainsi ce document pourra-t-il légitimement mériter le titre de Mémorial de Saint-Genis-des Fontaines". Un livre à mettre entre toutes les mains!

Texte de Véronique Parayre publié dans l'INDEPENDANT le 7 Novembre 2010

Le mémorial de Saint Genis, 156 pages, publié par l'ASVAC et la mairie, 12 Euros