09/10/2013

Un bus avec 22 enfants à bord finit dans le fossé

Un car scolaire qui circulait sur la D2 a glissé sur le bas-côté, hier matin. L’accident n’a fait aucun blessé.

DSC_0657.JPGPlus de peur que de mal. L’alerte a été donnée, hier peu avant 10h30, auprès des secours par un témoin signalant la présence d’un bus renversé dans le bas-côté sur la départementale 2, reliant Laroque-des-Albères et Saint-Genis-des Fontaines.

Le car transportait 22 enfants, des élèves de l’école maternelle de Saint-Cyprien, et 8 adultes, enseignants et parents Accompagnants. Ils partaient pour une sortie scolaire dans les Albères, lorsqu’il a quitté la chaussée, pour une raison encore indéterminée, et a fini sa course dans un petit fossé, un mètre environ en contrebas.

Aucun blessé

Immédiatement, un important dispositif a été mis en place, mobilisant une trentaine de sapeurs-pompiers, les services du Samu, renforcés par quatre ambulances, deux fourgons et l’hélicoptère Dragon 66 de la sécurité civile au cas où il y aurait des urgences à traiter.

Or, à l’arrivée sur les lieux, aucun blessé n’était heureusement à déplorer. Les écoliers et leurs accompagnants, un peu choqués, ont été pris en charge par un autre bus qui effectuait le même déplacement et ont été raccompagnés jusqu’à leur établissement scolaire.

Les services de gendarmerie de la brigade de Saint-Genis se sont également rendus sur place et ont ouvert une enquête afin de déterminer les causes et les circonstances exactes de cette sortie de route. Selon les premiers éléments, le bus roulait à une allure normale quand une voiture serait arrivée dans l’autre sens et se serait légèrement déportée de sa voie de circulation. Le car aurait alors mordu le bas-côté et, sur le sol meuble et humide, les roues ont glissé, se bloquant dans le fossé.

L’accident a perturbé le trafic qui a été interrompu durant une heure, le temps de procéder aux opérations de secours et à l’enlèvement du véhicule.

Texte paru dans l’INDEP du 9 octobre 2013 rubrique Faits Divers sous la signature de Laure Moysset. Photo Jacques Pelet.

Les commentaires sont fermés.