07/06/2013

ADMR:proximité et solidarité depuis 1945

la-formation-des-aides-soignantes-une-priorite-pour-m_314091_516x343.jpg

La formation des aides-soignantes, une priorité pour M. Guitard et F. Pelet

Face aux besoins et aux sociétés concurrentes, cette association évolue dans un véritable esprit de soutien au maintien à domicile.

Pour parler du rôle essentiel déployé par l'ADMR-SSIAD 66, Michel Guitard, directeur de la fédération départementale ADMR qui recense 23 entités associatives en milieu rural, dont six sur le territoire Albères-Côte-Vermeille ; et Françoise Pelet, nouvelle présidente bénévole du Service de soins infirmiers à domicile (SSIAD).

 La vocation de l'ADMR, créée en 1945 a-t-elle changé ? Elle a évolué mais reste fidèle à ses origines. Nous sommes présents pour aider les familles, particulièrement dans le maintien à domicile afin d'éviter les placements douloureux. Notre mission porte aussi sur la responsabilisation des familles au cœur même de la structure.

La différence avec la concurrence, c'est que vous n'êtes pas une entreprise, mais une association de service ? Effectivement, l'idée, c'est de créer et de maintenir du lien social. Les intervenants et les administratifs sont des salariés, tout l'encadrement est basé sur du bénévolat. Nous ne recherchons pas le profit. Depuis 1945, au moment de l'exode rural, nous tentons de combler les carences, d'ailleurs les aides familiales de l'époque sont devenues des travailleuses familiales, puis des aides ménagères et des auxiliaires de vie. Notre dispositif et nos services ont évolué et se sont adaptés aux réalités.

Comment sont fixés les coûts des interventions ? Les financeurs imposent des barèmes, nous cherchons d'autres ressources, de manière à aider les gens qui n'ont pas assez de revenus.

Vos prestations concernent diverses générations, certaines sont méconnues ? Le soutien, l'accompagnement à travers les aides ménagères (530 salariées) sont connus, mais nous apportons aussi l'aide aux jeunes familles par des techniciennes sociales et familiales, nous suivons 300 familles (généralement avec enfant) dans le département. S'ajoutent les auxiliaires de vie qui interviennent auprès d'une centaine de personnes (33 000 h d'aide), la téléalarme et les repas à domicile (sauf pour le Vallespir) qui concerne 220 bénéficiaires soit 32 500 repas à l'année !

 Quel message souhaitez-vous faire passer ? Nous voulons poursuivre notre vocation et animer ce milieu parfois un peu oublié. Nous menons des actions de proximité, de solidarité, dans un esprit d'équipe. Nous recherchons des aides-soignantes, des aides à domicile et même des bénévoles, afin de poursuivre cette mission, qui pour beaucoup de nos usagers, est devenue indispensable au quotidien.

Fédération départementale au 32 avenue du Maréchal Joffre, 66 690 Saint-André.

Tél. 04 68 89 32 60.

 

Le SSIAD c’est QUOI ?

Image (5).jpgDirigé par Françoise Pelet, ce Service de soins infirmiers à domicile est opérationnel sur les secteurs de Saint-Génis-des-Fontaines, la Côte Vermeille et Saint-Paul-de-Fenouillet. Sa capacité d'accueil est de 136 places. Les explications : "Le SSIAD a pour vocation d'éviter l'hospitalisation des personnes âgées lors d'une affection pouvant être traitée à domicile, mais aussi de favoriser le retour à la maison à la sortie d'une hospitalisation ; ou encore de retarder l'admission dans un service de long séjour. Il faut donc effectuer de la prévention, donner des soins continus et de qualité, tout en accompagnant la personne et son entourage dans la vie quotidienne". Depuis quelques semaines, le SSIAD dispose d'une équipe de soins Alzheimer, toujours sur les mêmes périmètres d'intervention (Saint-Genis, Côte Vermeille et St-Paul de Fenouillet). Les équipes sont mobiles, particulièrement formées et impliquées dans des projets personnalisés de qualité et d'accompagnement.

Contact : 06 83 99 04 31.

 

Texte et photos parus dans l'INDEP du 6 juin sous la signature de Véronique Parayre

 

Commentaires

Quand je pense que Françoise PELET_FOUCHE était première adjointe et qu'on l'a "virée"
pour des raisons aberrantes!
comme quoi ,la compétence n'est pas ce que l'on recherche en priorité dans certaines communes
on préfère avoir autour de soi des gens dociles et peu enclins à déplaire .
pourtant ,de la discussion ,même un peu sévère ,naît la plus part du temps,la lumière!

Et oui.

Écrit par : eh,oui!!!! | 07/06/2013

Eh oui!!!!!!!!!!!!
Donc Françoise a été viré, parce qu'elle a osé soutenir son époux ( Rédacteur de ce blog)Lorsqu'il a demandé à filmé le conseil municipal de notre commune.
Un peu d'histoire:
Françoise c'est investie depuis de longues années auprès des habitants de Saint Genis , en particulier, auprès des personnes vulnérables, sa formation d'infirmière l'entraînant tout naturellement à être la Saint Thérèse de notre commune.
Notre Maire est arrivé, son histoire à lui ressemble plus..................... à l'élévation du cerf reçu à Versailles.....................
C'est pas le diplôme , pas plus que le mandat qui fait l'homme,c'est sa valeur propre, quand on voit l'état de notre commune..............
Bref, ne pas tout confondre, notre Maire , notre première adjointe n'ont jamais évolué dans les mêmes sphères, alors la lumière.........................
Surtout ne pas oublier, lors des prochaines élections, les gens d'ici, les gens d'ailleurs, sont tous des braves gens!
Monsieur le Maire, si vous aviez tout simplement un peu d'humilité, de bon sens, il y a longtemps que vous vous seriez rapproché de toutes ses personnes qui s'investissent pour l'avenir de notre village
SCOOP. Puisque Monsieur Pelet n'a pas osé faire un article sur ce sujet, je vous indique que l l'ADREP ayant comme Président Monsieur Fontana , a obtenu son statut d'association de défense des usagers, de notre commune, une très belle victoire pour un homme qui a été décrié, suite à l'action menée contre la ZAC.
Et moi je SIGNE mon intervention
Sylvia Mion

Écrit par : Sylvia | 10/06/2013

Les commentaires sont fermés.